Focus sur le Quartier de la Gare à Val d’Europe

6 novembre 2017

Le quartier qui s’étend sur 25 hectares s’est développé autour d’une place publique majeure, la place d’Ariane, qui accueille la gare du RER (Louis Sirvin et Michel Guerrier architectes), la médiathèque de Val d’Europe (Paul Chemetov et Borja Huidobro architectes), l’entrée est du centre commercial, un hôtel de 152 chambres et l’immeuble le Plazza.

La place d’Ariane n’a trouvé ses dimensions qu’au terme de débats qui se sont prolongés pendant deux ans. Elle se présente aujourd’hui sous une forme triangulaire allongée dont la pointe arrondie marque l’entrée du centre commercial. Les immeubles qui entourent la place disposent presque tous de locaux commerciaux au rez-de-chaussée ; brasseries, cafés et restaurants se taillant la part du lion dans les quelque 3 000 m2 réservés aux commerces. Le Plazza pourra abriter deux salles de cinéma.

Face à la gare se trouve une brasserie, une construction atypique due au talent de Léon Krier. Édifiée en métal pour peser le moins possible, elle est réalisée sur une dalle de béton qui surplombe la tranchée du RER. La brasserie se distingue par une toiture sculpturale, sorte de tente inspirée de la Malmaison, qui culmine sur un épi baroque couleur or.

 

 

Le concours pour l’achèvement de la place d’Ariane

À l’origine, il était prévu d’installer sur la place, un centre culturel en contrepoint de l’entrée du centre commercial. In fine, le site a été affecté à un immeuble plurifonctionnel. En raison de sa situation privilégiée sur la place et dans la ville, un concours d’architecture a été organisé en 2009 entre trois équipes d’architectes auxquelles fut associé le promoteur Promogim. Le concours a été remporté par l’agence Arcas Paris. La particularité du programme de ce projet est de répondre, sur un seul lot, à tous les besoins du quartier environnant et comprend ainsi des bureaux, des logements, des commerces, deux salles de cinéma et un parking public. La fonction symbolique de repère urbain est assurée par une tour beffroi, haute de quarante mètres, visible à la ronde et qui, depuis son sommet, permet d’avoir une vue à 360° sur Val d’Europe.

 

Les îlots ouverts

La bande de logements située entre les bureaux de l’avenue Hergé et le groupe scolaire a permis d’expérimenter des îlots ouverts comme le préconisait l’architecte Christian de Portzamparc. Le principe d’ouverture des îlots permet à ces derniers de respirer et d’être perméables à la lumière. Les ouvertures contribuent également à donner de la profondeur à la ville. Les interruptions dans l’alignement des façades confèrent aux rues des ambiances lumineuses. Le dépassement des ramures des arbres ajoute de la légèreté et du caractère aux perspectives urbaines. Une des difficultés posées par l’îlot ouvert est d’imposer des façades nobles tant à l’extérieur qu’à l’intérieur car elles sont toutes visibles depuis l’espace public, ce qui n’est pas le cas dans un îlot fermé ou les façades intérieures peuvent être traitées plus librement et plus sobrement.

 

Les bureaux et les résidences spécialisées

Les bureaux sont placés à des endroits stratégiques pour bénéficier de la meilleure visibilité possible et protéger les immeubles résidentiels des nuisances de la circulation. La pointe extrême du quartier de la Gare, comprise entre la voie ferrée et l’avenue Hergé, est destinée à accueillir un campus tertiaire conçu à partir d’un concept innovant qui vise à créer une animation permanente diurne et nocturne. Pour atteindre cet objectif, les bureaux sont disposés autour d’un parc aménagé pour l’agrément des employés et comprenant des locaux commerciaux. Le soir, les espaces servent pour organiser d’autres activités, comme des concerts, bals, fêtes de quartier, expositions et marchés spécialisés en plein air. Une passerelle piétonne reliera, au-dessus des voies du RER et du TGV, cet ensemble tertiaire au quartier du Lac et à ses jardins publics.

 

Texte issu du livre Val d’Europe, Vision d’une Ville, de Maurice Culot et Bernard Durand-Rival

Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someone

Retour vers les actus